Moussa Korogo, le petit couturier du quartier devenu businessman

Moussa Korogo, le petit couturier du quartier devenu businessman

Né le 2 janvier 1979 à Toumodi, au Centre de la Côte d’Ivoire, Moussa Korogo est le créateur de la marque “Moses Korogo”. Cette griffe est spécialisée dans le prêt-à-porter. Pourtant, Moses, comme aiment à l’appeler ses proches, ne s’imaginait pas se lancer dans cette aventure.

Après l’obtention de son Certificat d’Etudes Primaires (CEP), le jeune Moussa Korogo décide d’abandonner l’école et commence errer dans le quartier. C’est en ce moment que ses parents, décident de l’insérer dans la vie professionnelle en l’envoyant chez un couturier. Au fil du temps, il commence à prendre goût à la couture et décide de se rendre à Bouaké, ville située au Centre de la Côte d’Ivoire, afin de se perfectionner.  Après sa formation en Côte d’Ivoire, Moussa Korogo rentre au Burkina Faso en 2000. Il travaille pour des particuliers jusqu’en 2010, où il finit par prendre son envol. Il crée sa marque de vêtements « Moses Korogo ». Sa spécialité, la création de modèles à base de tissus importés (lin, coton glacé), mais aussi à base de Faso Danfani.

Du tissage du Faso Danfani (le tissu travaillé localement au Burkina Faso) au dessin des modèles, Moussa n’hésite pas à mettre la main à la pâte. Selon lui, le fait de travailler avec le Faso Danfani est d’ordre moral et patriotique. “Quand vous sortez de Ouagadougou, et que vous voyez nos mamans qui se débrouillent avec le tissage… elles comptent d’abord sur nous les créateurs. C’est nous qui faisons la navette entre elles et les clients. Il faut les aider à écouler leurs produits, afin qu’elles puissent s’en sortir. Aussi, je pense que personne ne viendra développer le Burkina à notre place. Nous devons consommer les produits du pays”, explique-t-il dans une interview publiée en septembre 2019 sur le site d’information lefaso.net.

Toutefois, il soutient que dans le domaine, il y a de la main-d’œuvre peu qualifiée. Moussa Korogo espère, dans les années à venir, ouvrir plusieurs boutiques “Moses Korogo” dans d’autres quartiers de la ville de Ouagadougou, et pourquoi pas dans la sous-région.

La Rédaction

Laisser un commentaire