L’artiste soudanaise Rashid Diab exporte son inspiration à Manana

L’artiste soudanaise Rashid Diab exporte son inspiration à Manana

Une exposition rétrospective, intitulée “Beyond the Silence” a fait fureur à Manama. C’est le chef d’œuvre de l’artiste soudanais Rashid Diab. Elle présente des œuvres de différentes étapes de sa vie à travers des peintures, des sculptures, des gravures et des dessins. Cet évènement a été parrainé par l’Autorité de Bahreïn pour la culture et les antiquités.

C’est dans la ville soudanaise de Wad Madani, dans la générosité de sa beauté africaine et le charme de ses mythes populaires, que Diab a développé son talent. La variété de ses activités artistiques et le travail d’artistes populaires qui dépeignent la vie quotidienne de ses habitants ont façonné Diab et son talent artistique. Son travail est imprégné d’une conscience de l’héritage culturel de sa patrie. Diab a déclaré que son inspiration venait du silence des vastes étendues désertiques, des rives colorées du Nil et de la souffrance des femmes soudanaises. Ces facteurs sont liés à son expérience de la diaspora occidentale en Espagne.

Diab porte l’obsession de l’artiste plastique et ses questionnements s’expriment en couleurs, formes et nuances de lumière. Ces aspects portent les secrets de son identité et de son expérience artistique. Son travail est réaliste autant qu’abstrait, mais il est avant tout émotionnel et fluide, comme le courant du Nil. Enfant, Diab jouait avec l’argile, la façonnant de différentes manières. Il s’est mis à dessiner sur papier et sur tissu jusqu’à ce qu’il découvre la magie des couleurs et leur force, ce qui lui a ouvert de nouvelles portes pour sa créativité.

Diab aimait le Soudan et son environnement désertique silencieux, il a donc voyagé dans tout le pays pour découvrir la beauté de ses couleurs et de ses paysages. Il s’est installé en Espagne pour enrichir ses expériences créatives avant de retourner dans son pays natal pour y porter son message esthétique et artistique. L’inspiration artistique de Diab vient des femmes, du Nil et du désert. Il a trouvé l’inspiration dans les courbes extérieures, les ondulations et les couleurs des femmes soudanaises. En les représentant dans des contextes variés, il a cherché à retrouver les émotions de la vie avec sa mère. “Dans chaque femme, j’entends la voix de ma mère quand j’étais enfant qui me disait que j’étais un artiste”, a-t-il dit. Il a dit qu’il admire la générosité sans fin du Nil et le silence profond et la beauté du désert.

“Rashid Diab est un artiste soudanais qui possède un grand talent de coloriste, de dessinateur et d’imprimeur. Il a reçu une formation artistique universitaire approfondie au Soudan et à l’étranger et est également connu comme un intellectuel profondément conscient de la culture du Soudan et de son peuple”, a déclaré l’artiste Ibrahim al-Salhi.

“Il est très utile aux artistes soudanais créatifs de tous âges, espérant faire revivre la vie artistique à Khartoum après des années de négligence. Il fait partie de ceux qui exécutent ce qu’ils décident parce qu’il est un artiste dynamique et un penseur libre. Avec ses capacités, sa vision perspicace et sa persévérance, il croit pouvoir ramener la conscience dans un pays qui a été longtemps en profonde hibernation”.

L’expérience formatrice de Diab peut être divisée en trois étapes artistiques distinctes qui ont façonné son monde et ses intérêts et enquêtes artistiques. Au cours de ses débuts d’artiste (1983-86), Diab s’est immergé dans les formes et les motifs de la calligraphie arabe, en dessinant des versets du Coran sur la face supérieure de ses peintures. Son style calligraphique distinct porte la marque des enseignements des écoles coraniques du Soudan. L’influence des artistes soudanais connus dans ce domaine est tout à fait visible dans le travail de Diab.

Au cours de la deuxième étape de sa carrière artistique (1986-90), Diab a été influencé par des œuvres courantes de la Renaissance, notamment des peintures à l’huile. Il maîtrise la technique qui consiste à inonder l’espace de la toile avec des couleurs et des images dégradées. Dans les grands espaces, il privilégie les jeux d’ombre et de lumière tout en conservant les formes et les couleurs achevées de l’étape précédente. Cette étape a été marquée par une grande maturité, un style raffiné et une grande sensibilité dans ses œuvres, notamment dans sa collection “Souvenirs de l’oiseau migrateur” (1989), dans laquelle il revisite ses rêves et ses souvenirs d’enfance.

Diab a appelé la troisième étape de sa carrière (1990-93) “La période de la passion pour la couleur”. “Ma relation avec les techniques, les styles et les outils devient parfois une source de sentiments d’anxiété et parfois de satisfaction”, a-t-il déclaré. “Je travaille avec l’idée d’expérimenter constamment des techniques et d’explorer mes capacités à m’exprimer librement.

“Je suis fasciné par les couleurs car elles constituent l’aspect le plus important de mon processus de création. Je ne partage pas l’opinion occidentale selon laquelle le succès d’un artiste réside dans son engagement envers une technique ou un style qui caractérisera son travail tout au long de sa vie. Je me considère en état constant de recherche et de transformation. Je produis ce que j’aime à un moment donné et dans le style qui me plaît. Pour moi, l’art est une condition humaine”. L’Autorité de Bahreïn pour la culture et les antiquités a publié un livre intitulé “Beyond the Silence”, qui documente la carrière de Diab et souligne son rôle dans le développement culturel et social de la société soudanaise. Il comprend de nombreuses illustrations de ses œuvres, représentant les différentes périodes de son développement artistique.

Laisser un commentaire