Youssoupha, le lyriciste bantou

Youssoupha, le lyriciste bantou

Youssoupha, de son nom complet Youssoupha Mabiki, né le 29 août 1979 à Kinshasa, au Zaïre, est un rappeur français. Riche de la double culture africaine et européenne, il domine le rap français par son verbe et sa liberté de parole et, sait manier avec excellence les mots.

Biographie

Jeunesse et débuts

Youssoupha est né le 29 août 1979 à Kinshasa, au Zaïre (Congo-Kinshasa). Son père est le musicien zaïrois Tabu Ley Rochereau. Sa mère est d’origine sénégalaise. Il est également l’oncle de la rappeuse belge Shay.

Après être né et avoir grandi à Kinshasa, il arrive très tôt à Béziers, dès 12 ans, où il grandit avant de partir s’installer chez sa tante à Paris. Venu dans l’Hexagone pour y poursuivre sa scolarité, il réside à Osny puis à Cergy jusqu’à sa rentrée en seconde où sa famille et lui déménagent à Sartrouville dans les Yvelines. Il passe son bac et obtient la meilleure note de l’académie de Versailles à l’oral de français, il s’oriente ensuite vers des études médiation culturelle et communication. C’est après un cursus universitaire à la Sorbonne Nouvelle (Paris III) qu’il se consacre pleinement à la musique.

Son premier groupe est celui des Frères Lumières monté avec deux amis (et produit en partie par Rémy Sarrazin) avec qui il sort un maxi. Après plusieurs projets dont l’album Tendance du groupe Bana Kin (avec Sinistre Kozi Philo et Mic genie), il sort fin 2005 un street DVD, Éternel recommencement, puis signe chez Hostile.

De À chaque frère à En noir et blanc (2007–2010)

Après avoir fait les premières parties de plusieurs rappeurs américains renommés  (50 Cent, Snoop Dogg, Busta Rhymes, Nas, Method Man, Lil Wayne, Eminem, DMX et Redman) il sort son premier album solo en mars 2007 sous le nom de À chaque frère alors qu’il avait d’abord envisagé de le nommer Négritude. L’album comporte des featurings tels que Diam’s, Kool Shen, S’Pi & Mike Génie et il s’en est vendu 50 000 exemplaires. Cette même année, il devient disque d’or puis il intervient aussi comme professeur d’écriture dans l’émission de télé réalité musicale Popstars.

Son deuxième album sort finalement le 12 octobre 2009 avec une version expurgée du morceau polémique À Force De Le Dire (où le nom de Zemmour est brouillé) ; il devient disque d’or. En juillet 2009, le rappeur compose la chanson La vie est speed, qui est un extrait de la bande originale du film Fast and Furious.

Noir désir (2011–2013)

Afin d’annoncer son futur album, il sort une digitape (mixtape disponible seulement en téléchargement légal) au cours de l’année 2011 intitulée En noir et blanc où l’on peut retrouver des inédits et des remix. Cela fera patienter le public jusqu’au 23 janvier 2012, date à laquelle sort son troisième album sous le nom de Noir Désir.

Le 23 janvier 2012 sort Noir Désir. L’album comptabilise 16 142 ventes la 1ère semaine, se plaçant en 1ère position des ventes d’albums rap. Il faut noter qu’il était déjà dans le top des ventes numériques lorsque l’album n’était encore qu’en précommande. Sur l’album on retrouve des collaborations avec Taipan, Corneille, S-Pi, Sam’s, Indila, LFDV et même son père Tabu Ley Rochereau, artiste de rumba congolaise. Il fait aussi participer Kery James au morceau La vie est belle.

En 2013, à la suite du morceau Contre nous de Kery James, ce dernier annonce lors d’une interview la formation de La Ligue, groupe formé de Kery, Médine et Youssoupha.

Il coécrit sur le nouvel album 4 Love de Kenza Farah le titre Mohamed en hommage à Mohamed Bouazizi.

En janvier 2012, le candidat François Hollande lui propose de rapper pour sa campagne présidentielle mais Youssoupha refuse. Il annonce sur Twitter être en préparation de la version 2 de Noir Désir. Il se produit le 28 septembre 2013 au Stade de France pour le concert Urban Peace 3 rassemblant également IAM, Sexion d’Assaut et Maître Gims en solo, Orelsan, DJ Abdel, La Fouine, Psy 4 de la Rime et Stromae.

Négritude (2014–2017)

Le 10 janvier 2014 est sorti un EP du rappeur intitulé Boma Yé. Cet EP est publié dans le but de faire patienter les fans en attendant son nouvel album. Le 9 février 2015, Youssoupha publie le premier extrait de l’album, intitulé Entourage.

NGRTD sort le 18 mai 2015, soit quatre ans après Noir Désir, et s’écoule à 15 672 exemplaires lors de sa première semaine d’exploitation. Il est certifié disque de platine. Le 7 avril 2015, Youssoupha met en ligne sa propre application mobile. Les membres de l’application retrouvent du contenu inédit, des animations, des évènements privés et peuvent échanger avec la communauté du Gesteclub.

En 2015, il collabore avec le rappeur italien Fabri Fibra, sur la chanson Rock that Shit. Toujours en 2015, Marion Maréchal-Le Pen, membre du Front national déclare écouter et apprécier le rap de Youssoupha et de Sexion d’Assaut, Maître Gims notamment. Cette révélation étonne car les nationalistes comme les membres du FN sont pourtant connus pour ne pas apprécier le rap qui vient de la culture afro-américaine ainsi que les personnes d’origine étrangère. Youssoupha remercie la députée du Vaucluse tout en ironisant sur le fait que son album s’intitule Négritude et lui donne rendez-vous à un de ses concerts. Le rappeur dit ne pas faire de politique bien que ses valeurs soient en contradiction avec celles du FN et de Marion Maréchal-Le Pen, déclarant : « elle est sexy mais dit quand même de grosses conneries ».

L’album NGRTD est nommé aux Victoires de la musique 2016 dans la catégorie « Album de musique urbaine de l’année », mais Nekfeu se voit décerner le prix avec son album Feu. L’album est certifié disque d’or.

Polaroïd Expérience (depuis 2018)

Début septembre 2018, Youssoupha annonce son retour dans le rap français, trois ans après la sortie de NGRTD. Son album nommé Polaroïd Experience, est sorti le 28 septembre 2018.

Engagement

Youssoupha rend hommage aux militants congolais pro-démocratie Rossy Mukendi dans son clip Niama Na Yo.

Youssoupha participe en 2016 à la troisième édition d’AbbéRoad, concert caritatif de la Fondation Abbé Pierre.

Polémique

Le 25 mars 2009, le journaliste Éric Zemmour porte plainte contre lui pour « menaces de crimes et injure publique », et remporte son procès contre Youssoupha, après la mise en ligne de la chanson À force de le dire, teaser de l’album Sur les chemins du retour, dans laquelle Zemmour est cité nommément : « À force de juger nos gueules, les gens le savent, qu’à la télé souvent les chroniqueurs diabolisent les banlieusards, chaque fois que ça pète on dit qu’c’est nous, j’mets un billet sur la tête de celui qui fera taire ce con d’Éric Zemmour. » Le 2 juillet 2012, la cour d’appel de Paris a finalement jugé que ces propos n’étaient pas diffamatoires car ils « n’excédaient pas les limites admissibles en matière de liberté d’expression artistique ». Cet arrêt infirme donc le précédent, datant du 26 octobre 2011. À cette époque, le tribunal correctionnel de Paris avait rendu un jugement défavorable au rappeur, le condamnant à : 800 € avec sursis, la directrice de son label EMI, Valérie Queinnec, condamnée à 500 € avec sursis, et ils devaient tous deux également payer 1 000 € de dommages et intérêts et 2 000 € de frais de justice à Éric Zemmour. Il affirme tout de même avoir gagné le bras de fer.

En réponse, le chanteur, connu pour son engagement pour la non-violence, précise dans une interview antérieure au journal Le Parisien qu’il s’agit de le faire taire non par la force mais par des arguments : « Le faire taire, c’est le remettre en place… Les paroles ne parlent ni de meurtre, ni d’agressions, ni de blessures… Je n’ai ni l’envie de le faire tuer ni de le priver de sa liberté d’expression. Le faire taire, c’est le remettre en place, le mettre face à ses propres contradictions ». Il dispose également d’une tribune dans le quotidien Le Monde, dans laquelle il reprend les mêmes arguments de défense, fustige « le fantasme du rappeur-gangster », et met son procès en perspective avec ceux qu’avaient connus les groupes NTM, La Rumeur, Sniper, Monsieur R ou Orelsan, qui se sont tous soldés par un non-lieu. Il reprend les sujets évoqués dans ces deux interviews dans une chanson sur son album Noir Désir intitulée Menace de Mort, incluant au début du morceau plusieurs extraits télévisés : un journal télévisé annonçant la condamnation d’NTM et de Monsieur R, les passages de la Rumeur et du Ministère AMER à Tout le monde en parle et un extrait d’émission où Eric Zemmour dit être victime d’une menace de mort.

La Rédaction

Laisser un commentaire