Transformer les déchets en richesse, le pari de la start-up Uzuri K&Y

Transformer les déchets en richesse, le pari de la start-up Uzuri K&Y

En recyclant des pneus usagés en semelles de chaussures, Ysolde Shimwe et Kevine Kagirimpundu veulent contribuer au développement de la revalorisation de déchets au Rwanda. Leur entreprise, Uzuri K&Y, veut remplacer les articles de mode importés par des produits locaux et durables.

A Gahanga, village situé à quelques minutes de Kigali, la capitale du Rwanda, l’entreprise Uzuri K&Y a établi son usine de recyclage de pneus usagés en chaussures écologiques. Plus de 40 personnes travaillent dans l’ensemble de la chaîne de processus nécessaire à la fabrication. L’entreprise utilise du caoutchouc pour la semelle, du tissu biodégradable peint avec des teintures naturelles, du cuir végétal synthétique pour les autres parties de la chaussure, ainsi que des adhésifs naturels pour assembler le tout.

Kevine Kagirimpundu et Ysolde Shimwe, les fondatrices, ont confié sur Forbes avoir lancé leur projet en 2012 après avoir remarqué les décharges de pneus près des quartiers résidentiels. En effet, une grande partie des émissions de gaz à effet de serre du Rwanda provient des décharges urbaines. Elles se sont demandées comment elles pouvaient être la solution à ce problème, et ont décidé de mettre leurs compétences en Design créatif pour confectionner des chaussures écolos.

Le Rwanda ambitionne de devenir un pays sans émissions de déchets d’ici 2050. Les multiples mesures prises par le gouvernement pour assurer la transition écologique offrent une opportunité aux entrepreneurs d’investir dans les tendances vertes durables qui sont de plus en plus à la mode. Le duo d’entrepreneurs se donne ainsi pour objectif de contribuer au développement de l’économie circulaire de leur pays.

En une dizaine d’années, Uzuri K&Y a vendu plus de 44 000 paires de chaussures jusqu’à présent. L’année dernière, son chiffre d’affaires s’est élevé à 300 000 dollars. Dans un contexte où les sandales en caoutchouc sont souvent considérées comme des chaussures de qualité bon marché ou démodées, la marque a réussi à remplacer cette perception par l’idée de durabilité. Si Uzuri connaît un franc succès notamment auprès des touristes, elle a fait face à de nombreuses difficultés.

Au début, Kevine Kagirimpundu et Ysolde Shimwe ne possédaient pas d’expérience et la main d’œuvre qualifiée pour la fabrication de chaussures. En 2014, elles ont bénéficié du mentorat d’un programme d’entrepreneuriat suisse basé au Rwanda, qui a aidé leur marque se développer. Autre défi, convaincre les consommateurs locaux, peu habitués à la mode durable, d’adopter leur produit. Durant la pandémie, elles ont perdu une grande partie de leur clientèle externe à cause des mesures restrictives et de la fermeture des frontières.

Au fil des années, elles ont réussi à valoriser l’image de leur marque et se faire une nouvelle clientèle constituée de consommateurs locaux, en faisant appel aux mannequins rwandais et à travers les réseaux sociaux. De petites subventions obtenues lors de concours d’entrepreneuriat ont permis au duo d’entrepreneures d’ouvrir plusieurs magasins dans la capitale. Elles ont également lancé une nouvelle ligne de chaussons d’intérieur. Leur marque ayant déjà fait ses preuves au niveau national, Kevine Kagirimpundu et Ysolde Shimwe ambitionnent d’étendre Uzuri K&Y au Kenya, en Afrique du Sud et en Tanzanie.

La Rédaction

Laisser un commentaire