Taekwondo : l’Ivoirien Cheick Cissé au Grand Prix parisien

Taekwondo : l’Ivoirien Cheick Cissé au Grand Prix parisien

Cheick Cissé a remporté la médaille de bronze des plus de 80 kg du Grand Prix de taekwondo de Paris, ce dimanche 4 septembre 2022 à Levallois. L’Ivoirien, champion olympique en 2016, compte bien briller dans cette catégorie de poids afin d’effacer l’échec des Jeux de Tokyo et « être au top » pour ceux de 2024 dans la capitale française.

26 juillet 2021 au Makuhari Messe Hall A, près de Tokyo. Les espoirs de Cheick Sallah Cissé de conserver son titre olympique historique pour la Côte d’Ivoire, cinq ans après son sacre de 2016, sont ruinés dès le premier tour. À la sortie du terrain, l’Ivoirien tente de faire bonne figure auprès des rares médias présents, malgré cet échec. Mais le sourire est un peu forcé.

« Ça avait été difficile. Je savais que j’étais très attendu et j’avais envie de rééditer l’exploit de Rio, rembobine-t-il, ce dimanche devant le palais des sports Marcel Cerdan, près de Paris. Tokyo avait été une mauvaise compétition pour moi. Alors, le plus important, c’était de se remettre très vite au travail et de se fixer de nouveaux objectifs. »

Changement de catégorie de poids

Après s’être ressourcé auprès des siens, celui qui a décroché la première médaille d’or ivoirienne aux JO prend une décision : passer dans la catégorie de poids supérieure, celle des + de 80 kg. « J’ai moins d’efforts à faire pour atteindre le poids, souligne celui qui a pourtant quasiment tout gagné en – de 80 kg. Je devais parfois perdre 10 ou 15 kg afin de pouvoir concourir. »

Au Grand Prix parisien, l’Abidjanais a testé une nouvelle fois cette morphologie. Résultat : une médaille de bronze, suite à une défaite face au Cubain Rafael Alba. « C’était la première fois que je combattais à Paris et c’était aussi un test pour moi, une manière de prendre la température parisienne. Et je l’ai bien prise, s’amuse-t-il. Je ne suis pas déçu. C’est une nouvelle catégorie de poids pour moi. Chez les lourds, je savais que j’allais affronter de gros athlètes, avec beaucoup de talent et de force. Mais j’avance pas à pas. C’est du jamais-vu, une personne qui quitte les moins de 80 kg pour aller chez les lourds et qui y fait des médailles. Je suis donc déjà fier de cette performance. Mais le plus important, c’est d’être au top pour Paris 2024. »

Se faire plaisir

Le multi-médaillé aux Championnats d’Afrique et Jeux africains ne veut toutefois pas griller les étapes avant les prochains Jeux olympiques. « Déjà, il faut obtenir des résultats et gagner des médailles aux Grands Prix comme celui de Paris, marquer des points, se concentrer sur le classement mondial et essayer de se qualifier directement pour les JO », rappelle-t-il.

Les Championnats du monde, prévus en novembre 2022 à Guadalajara, sont donc sa prochaine cible. « C’est un événement très important pour moi, lance l’intéressé. C’est une compétition que je n’ai jamais gagnée. J’ai échoué trois fois aux Mondiaux. C’est donc très important pour moi d’aller au Mexique et d’y remporter une médaille. »

Sans toutefois se mettre une pression excessive. « Le taekwondo, ce n’est pas juste un sport ou un travail. C’est ma passion depuis que je suis tout petit, sourit-il. C’est le secret de mes victoires. Je prends ce sport comme un jeu. Je profite de chaque combat. Je m’amuse en travaillant. »

À Paris, dans un peu moins de deux ans, Cheick Sallah Cissé espère ainsi se faire un grand plaisir sous la verrière majestueuse du Grand Palais, site où auront lieu les épreuves de taekwondo.

 

La Rédaction

Laisser un commentaire