Smarty, le mélange parfait entre militantisme et RAP à l’africaine

Smarty, le mélange parfait entre militantisme et RAP à l’africaine

Révélé avec le groupe Yeleen qui a contribué pendant dix ans au développement du rap africain, le Burkinabè Smarty poursuit son œuvre militante en solo. En 2013, il a été récompensé par le prix Découvertes RFI.

Né en 1978 sous le nom de Salif Louis Kiekieta, d’un père burkinabé et d’une mère ivoirienne, Smarty passe une grande partie de son enfance en Côte d’Ivoire. Contraint d’abandonner sa scolarité en classe de 5ème, par manque de moyens financiers, son quotidien au Burkina Faso, où il est venu vivre en 1993, est fait de petits métiers. 

Il prend pour la première fois le micro en public deux ans plus tard, dans le cadre d’un concours de rap, en interprétant un titre du Français MC Solaar. Peu de temps après, il se met à écrire ses propres textes qui lui donnent l’occasion de se faire entendre à l’université de Ouagadougou puis de monter le groupe Yeleen (qui signifie “lumière” en bambara) avec le Tchadien Mawndoé.

Entre 2001 et 2010, le duo va sortir cinq albums qui vont asseoir sa réputation à l’échelle locale, décrochant un Kundé d’or en 2007, et lui permettre de devenir l’une des formations phares du rap d’Afrique francophone. Les deux artistes décident ensuite de poursuivre leur carrière chacun de leur côté.

En 2011, Smarty enregistre en live un album dans lequel les musiciens qui l’accompagnent jouent des instruments traditionnels. 

En 2012 le disque “African Kouleurs” est sorti. Smarty décroche prix Découvertes RFI en octobre 2013 et donne près de 25 concerts dans une vingtaine de pays. En parallèle, son morceau “Le chapeau du chef” trouve un écho particulier dans les manifestations qui se tiennent dans son pays pour obtenir le départ du président Blaise Compaoré.

En avril 2015, il est programmé à deux reprises pour la huitième édition du Femua (Festival des musiques urbaines d’Anoumabo) qui se tient en Côte d’Ivoire. En juin 2020, le rappeur Burkinabé SMARTY est nommé ambassadeur de bonne volonté de l’UNICEF.

En fin juillet 2020, dans l’une de ses dernières sorties, l’artiste Smarty, ancien membre du groupe Yeleen, annonce que le groupe réservait une surprise aux mélomanes, c’est-à-dire un rapprochement avec son ancien acolyte le tchadien Celestin Mawndoé.

La Rédaction

Laisser un commentaire