Richard Bona : ce  qu’il faut avoir du virtuose de la guitare bass

Richard Bona : ce qu’il faut avoir du virtuose de la guitare bass

C’est un musicien de soul mondialement connu qu’on ne prend plus la peine de présenter. Son instrument principal est la guitare basse. Il est né sous le nom de Bona Penda Nya Yula Elolo le 28 octobre 1967 à Monta. Artiste émérite, il apprivoise plusieurs styles dont le principal demeure la world music.

Richard Bona est épris de musique depuis sa tendre jeunesse. Sous l’influence du propriétaire d’un club de jazz, l’artiste crée son premier orchestre en 1980. À 22 ans, alors qu’il a passé les frontières du Cameroun, Richard Bona part en tournée avec des vedettes de l’époque telles que Manu Dibango et Didier Lockwood. Son habilité retentissant va l’emmener jusqu’aux Etats-Unis où il sera nommé directeur musical des spectacles de Harry Belafont en 1995. Son premier album en tant qu’artiste va sortir en 1999 sous le titre « Scenes of my life ». Il proposera aussi le titre « Tiki » qui sera nominé aux Grammy Awards dans la catégorie « Meilleure musique world contemporaine ». Le succès de sa chanson va lui faire faire le tour du monde dès 2006 à travers des concerts en Russie, au Moyen-Orient, au Brésil, en Afrique, aux USA, et même sur un bateau nommé A 38, en direction de l’Ukraine.

Au cours de sa carrière, Richard Bona a publié de nombreuses œuvres musicales. Parmi ses titres, on peut citer, « Scenes from My Life » sorti en 1999, « Reverence » en 2001, « Munia : The Tale » sorti en 2003, « Tiki », et « The Ten Shades of Blues » en 2009.

Ces œuvres lui ont valu de nombreuses récompenses. En 2004, le bassiste remporte la victoire du meilleur artiste international pour l’année 2003. En 2012, la SACEM (Société des auteurs, compositeurs, et éditeurs de musique), lui offre le Grand Prix du jazz. 

La Rédaction

Laisser un commentaire