Prendre le temps d’un hammam sous le gant de Basma

Prendre le temps d’un hammam sous le gant de Basma

La Tunisienne a modernisé Le Charme de l’Orient, situé au-dessus de la gare, juste avant la pandémie.

Il est un constat cinglant qui doit être unanime : la gare de Pully, avec ses parois de catelles rose sale, est ultramoche. Pourtant, le bâtiment recèle en son sein un lieu de toute beauté. Dans tous les sens du terme, car Le Charme de l’Orient propose des soins esthétiques – dont la rare et fameuse épilation au sucre – en plus du traditionnel hammam maghrébin.

Mosaïques du sol au plafond

C’est Basma Pichonnat qui y officie depuis 2016. La Tunisienne a repris l’enseigne ouverte en 2004. Juste avant la pandémie, elle l’a entièrement rénovée. Il faut aller voir l’écrin qu’elle en a fait. Mosaïques anthracite du sol au plafond, vapeur pulsée, tables de gommage chauffées, peignoirs en fouta… digne d’un joli spa d’hôtel.

Et puis il y a le soin que la patronne met à la tâche et au lien. Il n’y a pas à choisir entre sa citronnade maison (servie dans les effluves du hammam, à se damner), son thé à la menthe (servi à l’issue du gommage, réconfortant) et son humour (décapant). L’esthéticienne nous gratifie de la totale. Sur réservation, il est même possible de goûter au couscous de Basma après une séance de hammam (ve et sa soir, 95 à 105 fr. par personne).

De l’informatique à l’esthétique

Si l’esthéticienne n’en est pas à sa première expérience – elle tenait Basma Beauté au bas de Tivoli –, elle n’a pas toujours été dans le métier. À Tunis, elle était informaticienne. Mais lors d’un voyage à Paris, elle rencontre Pascal Pichonnat. Coup de foudre : le Suisse deviendra son mari. Elle le rejoint à Lausanne en 2012, après s’être formée à l’esthétique en Tunisie. Son hammam est l’un des rares de la région lausannoise.

La Rédaction

Laisser un commentaire