Pourquoi l’école de lutte sénégalaise Balla Gaye est en régression

Pourquoi l’école de lutte sénégalaise Balla Gaye est en régression

Balla Gaye 2 est le nom d’arène d’Omar Sakho. Egalement surnommé “Le lion de Guediawaye”, il est l’un des champions de la lutte sénégalaise. Pourtant, le chef de file de l’écurie “École de lutte Balla Gaye” ne réussit guère à s’imposer sur la scène sportive sénégalaise. Enquête sur un mystère.

Balla Gaye 2 se tape des vacances

Le dernier combat de Balla Gaye 2 remonte au 13 janvier 2019. Au stade Léopold Sédar Senghor, il avait reconquis le cœur de ses fans en venant à bout de Modou Lô pour la seconde fois. Mais depuis, il cire les bancs comme on le dit dans le jargon du football. Leader de l’école de lutte Balla Gaye, il a observé une saison blanche. Une absence qui n’est certes pas de sa faute à cause de la pandémie à coronavirus qui a mis à l’arrêt toutes les disciplines sportives. L’absence de Balla Gaye 2 a coûté cher à ses coéquipiers puisque les résultats obtenus sur le terrain sont en deçà de leurs espérances. Sept victoires enregistrées entre décembre 2019 et janvier 2020. Mais entre le 19 janvier 2020 et le 23 février, ce fut la catastrophe avec 8 défaites concédées. Balla Gaye 2, loin de ses coéquipiers et en vacances durant toute la saison, ne pouvait que constater les dégâts.

Elton, un Bulldozer en panne

Son second immédiat qui n’est autre qu’Elton a complètement disparu des radars. La dernière apparition du Bulldozer de Guédiawaye remonte au 31 mars 2018 contre Reug Reug au stade Léopold Sédar Senghor. Une sortie sanctionnée par une cuisante défaite qui a faussé tous ses pians. Depuis, il se fait rare même s’il s’est signalé récemment pour déclarer qu’il est en train de peaufiner ses armes au Maroc. Quoi qu’il en soit, le Bulldozer est en panne. Et l’école de lutte compte sur lui pour jouer les grands rôles dans l’arène. Comme il le faisait si bien jadis lorsqu’il s’entraînait comme un forcené pour ne laisser que des miettes à ses adversaires.

Less 2 laissé en rade

L’autre leader de l’école de lutte Balla Gaye, en l’occurrence Less 2, est complètement laissé en rade par les bailleurs de l’arène. Le fils de l’ancien lutteur Daouda Fall est totalement largué par ses pairs. Pourtant, il fut une époque où il jouait les premiers rôles dans l’arène. Un lutteur qui a affronté Modou Lô, Boy Niang 2, Cheikhou Diène peine maintenant à décrocher un combat. Il a beau défier les jeunes espoirs de la place, mais les promoteurs lui tournent toujours le dos. Une situation qui fait que sa carrière est en train de prendre un sacré coup. Pour ne pas partir à la retraite avant l’heure, Less 2 est condamné à redescendre dans l’enceinte. C’est une obligation pour le Boxeur de Guédiawaye s’il ne souhaite pas s’enfoncer davantage. Un retour au premier plan passe par un combat.

5ème saison blanche d’affilée pour Sococim

Le longiligne lutteur de l’école de lutte Balla Gaye passe les moments les plus difficiles de sa carrière. Sococim sur qui tout Guédiawaye comptait pour bouleverser l’arène est en train de griller ses cartes. Sococim a concédé sa cinquième saison blanche d’affilée. Il faut remonter au 13 juin 2014 pour assister à son combat. Une sortie sanctionnée par une défaite contre Assurance de Mbour. Depuis, il compte les saisons blanches. Du coup, sa carrière bat de l’aile. Et pour ne pas s’enfoncer un peu plus, il est lui aussi dans l’obligation de battre Serigne Ndiaye 2, son prochain adversaire. Un combat qui n’est pas gagné d’avance.

Ndiack Joe brille de mille feux, John Kara à l’agonie

Les deux grands espoirs de l’école de lutte Balla Gaye ont connu des fortunes diverses. Si Ndiack Joe a brillé de mille feux en dominant avec la manière son adversaire Boy Série des Parcelles Assainies le 15 décembre 2019, tel n’est pas le cas pour John Kara. Le colosse de l’école a été copieusement battu par Garo Gare de Lébougui le 9 février 2020 à l’arène nationale. Une défaite que les dirigeants de l’école n’arrivent toujours pas à oublier.

Balla 3 et Bébé Elton assurent

Tout n’est pas négatif pour l’école de lutte Balla Gaye. Deux espoirs présentés comme l’avenir de l’école ont tiré leur épingle du jeu. Balla 3, l’homonyme du Lion de Guédiawaye, a sorti le grand jeu en venant à bout de Thiatou Ndakaru de l’école de lutte Ndakaru. Une victoire avec la manière. Et, vu ce qu’il a montré, Balla 3 peut faire mal. L’autre grande satisfaction est venue de Bébé Elton. L’homonyme du Bulldozer de Guédiawaye avait dominé Bébé Lambaye de Baol en montrant lui aussi sa bravoure, son courage et sa technicité.

La Rédaction

Laisser un commentaire