Où est donc passé Handre Pollard ?

Où est donc passé Handre Pollard ?

Absent des terrains depuis deux mois, le demi d’ouverture champion du monde Handre Pollard n’avait toujours pas repris l’entraînement collectif en début de semaine du 21 Février 2022. Son recrutement est de plus en plus considéré comme un échec.

Deux mois plus tard, toujours pas de Handré Pollard. Absent depuis fin décembre 2021 et une victoire à Biarritz (12-27), il a disparu des radars. En début de semaine du 21 Février 2022, l’ouvreur sud-africain n’était toujours pas à l’entraînement collectif. Le staff montpelliérain reste très discret au sujet de son ouvreur star, à l’image de sa communication sur son infirmerie, d’ailleurs. Finalement, le champion du monde 2019 souffre d’une déchirure musculaire. Son retour sur les terrains est attendu avant la mi-mars. Une indisponibilité symbolique de l’épisode Pollard au MHR.

En 2021, le demi d’ouverture sud-africain Handre Pollard a disputé 12 matches avec les Springboks. Avec Montpellier, il n’en a disputé que 10 lors de cette même année.

Des chiffres interpellent. Sur les 71 matches disputés par le MHR depuis le 21 décembre 2019, date de la première rencontre de Handre Pollard avec le maillot montpelliérain, la star sud-africaine en a disputé 21. Soit 29,5%.

Le taux aurait pu être encore plus bas si on prenait en compte le jour où le champion du monde était censé faire ses grands débuts, fin novembre. Mais victime d’une fracture de la pommette lors de la finale remportée à la Coupe du monde au Japon, le demi d’ouverture avait dû décaler d’un mois son retour sur les terrains. Déjà.

Un salaire XXL

Depuis, le parcours du joueur de 27 ans est jonché de pépins physiques, de longues heures passées à l’infirmerie et de déplacements avec les Sprinboks (voir le chiffre ci-contre). Son salaire XXL d’1 million d’euros bruts par an, un des plus conséquents de la planète, est plus souvent rabâché que ses envolées avec Montpellier.

Même opérationnel, le staff lui a préféré Alex Lozowski la saison dernière en finale de Challenge européen. Cette année, il a joué cinq de ses six matches au centre pour laisser Paolo Garbisi à l’ouverture. Et la fois où il aurait pu être décisif, contre Clermont au mois d’octobre (20-22), il manquait la cible.

Direction Leicester la saison prochaine

Si son intégration en France a été légèrement perturbée par la pandémie de Covid-19, arrêtant la saison 2019-2020 à mi-parcours alors qu’il commençait à prendre ses repères, Pollard n’a jamais fait son trou dans l’Hérault. Pourtant entouré de nombreux compatriotes (Serfontein, Reinach, Bismarck Du Plessis, Immelman, Van Rensburg…), il n’a quasiment jamais enchaîné. Rupture des ligaments croisés le 11 septembre 2020, blessure au mollet pour son match de reprise début mai à Bath (10-19), déchirure à la cuisse… Une trajectoire qui rappelle sensiblement celle de Johann Goosen.

En 2018, le président du MHR cassait la tirelire pour attirer le meilleur joueur du Top 14 2015-2016 avec le Racing 92. Quitte à s’attirer les foudres de certains présidents du championnat. Mais le Sud-Africain a multiplié les blessures, ne montrant son potentiel que sur la fin de son contrat.

Si Pollard suit le chemin de son ancien coéquipier, il lui reste environ quatre mois pour (enfin) justifier son statut. Et son salaire. Avant de fermer la page héraultaise et rejoindre Leicester l’été prochain.

La Rédaction

Laisser un commentaire