Nouri Bouzid, le spectre du cinéma tunisien

Nouri Bouzid, le spectre du cinéma tunisien

Nouri Bouzid, né en 1945 à Sfax est un réalisateur et scénariste tunisien. Star de son domaine, deux de ses films (L’Homme de cendres et Making of) qui ont notamment contribué à sa notoriété à l’internationale obtiennent le Tanit d’or des journées cinématographiques de Carthage respectivement en 1986 et 2006.

Passionné de cinéma, Nouri Bouzid grandit en Tunisie où il découvre le 7ème art en entrant au ciné-club Louis Lumière de Tunis. En 1966, il part pour Paris et intègre l’IDHEC pour étudier la réalisation. Il se met en grève lors des événements de Mai 1968 ce qui le contraint à s’installer à Bruxelles pour étudier à l’INSAS.

De 1968 à 1972, il étudie le cinéma en Belgique. Il est assistant-réalisateur sur le tournage du Larron de Pasquale Festa Campanile en 1979. Il passe cinq années en prison pour ses convictions politiques de 1973 à 1979. En 1986, son premier long-métrage L’Homme de cendres, histoire d’un jeune homme qui se rappelle les traumatismes de son enfance peu avant son mariage, est sélectionné au Festival de Cannes. Son film suivant Les sabots en or l’est également en 1988. Bezness, à travers le portrait d’un homme joué par Abdellatif Kechiche traite de la prostitution masculine.

En plus de ses propres films, il participe à l’écriture des dialogues des films Halfaouine, L’enfant des terrasses et Un été à la Goulette de Férid Boughedir, Le Sultan de la médina de Moncef Dhouib mais également Les Silences du palais et La saison des hommes de Moufida Tlatti. Il apparaît dans La télé arrive de Dhouib et dans le feuilleton Un bambino di nome Gesu de Franco Rossi.

Qualifié de farouche défenseur des libertés, il est agressé le 9 avril 2011 et blessé à la tête par un agresseur non identifié. Il l’explique potentiellement par ses « positions favorables à la laïcité et pour le rejet de la culture du takfir.

C’est avec les films, ‘Poupées d’argile’ en 2002 et ‘Making of’ en 2006, tous deux récompensés par plus de 25 prix dans les festivals internationaux que Nouri Bouzid retourne derrière la caméra avec succès. Scénariste, metteur en scène, professeur et poète (il publie plusieurs recueils dont ‘Les Pécheurs’). Nouri Bouzid est un artiste complet et un réalisateur incontournable du cinéma du Maghreb.

La Rédaction

Laisser un commentaire