Noureddine Morceli, décoré de l’ordre de mérite olympique par le COA

Noureddine Morceli, décoré de l’ordre de mérite olympique par le COA

L’ancien champion du Monde et Olympique du 1500 m en athlétisme, Noureddine Morceli a été décoré de l’ordre du mérité olympique du Comité olympique et sportif algérien (COA) à Zéralda, en marge du 2è Forum des athlètes algériens.

Noureddine Morceli né le 28 février 1970 à Sidi Akkacha est un athlète algérien spécialiste des courses de demi-fond. Vainqueur de quatre titres de champion du monde du 1500 mètres dont un en salle. De  1991 à 1995, il devient le premier athlète algérien masculin à remporter un titre olympique, sur cette même distance, lors des jeux olympiques de 1996 à Atlanta. Il établit par ailleurs sept records du monde (cinq en plein air et deux en salle) sur des distances allant du 1 500 m au 3 000 m. Il est élu athlète de l’année en 1994.

Son premier succès international en catégorie senior intervient en début de saison 1991 à l’occasion des championnats du  monde en salle de Séville où il domine l’épreuve du 1 500 m en 3 min 34 16, devançant finalement de plus d’une seconde l’Espagnol Fermin Cacho. En 1993, il remporte le titre des jeux méditerranéens à Narbonne devant Fermin Cacho et réalise à cette occasion la meilleure performance mondiale de l’année sur la distance en 3 min 29 s 20. Auteur peu après de 2 min 13 s 73 à Villeneuve-d’Ascq sur 1 000 m, il échoue de peu dans sa tentative du record du monde du 3 000 mètres en signant le temps de 7 min 29 s 24 à Monaco.

En 1995 il devance le marocain Hicham El Guerrouj et le Burkinabé Vénuste Niyongabo. Noureddine Morceli est champion olympique en 1996 à Atlanta, devant Fermin Cacho et le Kenyan Kipkorir. Mais il s’agit du chant du cygne pour l’Algérien, qui doit en 1997 s’effacer devant le Marocain Hicham El Guerrouj.

 Morceli a établi des records du monde sur 1 500 mètres (3 min 28,86 s, 1992 ; 3 min 27,37 s, 1995), le mile (3 min 44,39 s, 1993), le 2 000 (4 min 47,88 s, 1995) et le 3 000 mètres (7 min 25,11 s, 1995). Il fut l’athlète algérien le plus célèbre.

Il reçoit en fin de saison 1994 de la part de l’IAAF le trophée de l’athlète masculin de l’année, succédant au palmarès au hurdler britannique Colin Jackson.

Il maintient sa domination mondiale en 1995 en remportant onze victoires en onze courses. Améliorant le vieux record mondial du 2 000 m de Said Aouita. Début juillet à Paris, en 4 min 47 s 88, il se distingue le 12 juillet 1995 lors du Meeting Nikaia de Nice en abaissant de près d’une seconde et demie son propre record du monde du 1 500 m en 3 min 27 s 37, après avoir bouclé son dernier 400 m en 53 s 8

Champion olympique lors des Jeux olympiques de 1996 à Atlanta, Nourredine Morceli a pu obtenir la nationalité américaine pour pouvoir continuer ses entraînements sportifs de haut niveau alors que l’Algérie était encore en proie aux violences de la guerre civile. Il faut savoir également que les autorités américaines connaissaient parfaitement Nourredine Morceli puisque ce dernier avait bénéficié d’une bourse d’études en éducation physique au Riverside Collège en Californie dès 1989. Il avait à peine 19 ans.

Naturellement, comme dans le cas de Samir Chaabna, le pouvoir algérien est parfaitement au cours de la deuxième nationalité de Nourredine Morceli. Mais cela n’a pas empêché sa nomination au sein du gouvernement d’Abdelaziz Djerad le 2 janvier 2020. Aucune polémique n’avait éclaté à l’époque parce que l’opinion publique méconnait cette partie intime de la vie de Morceli. Mais le pouvoir algérien la connaissait. D’ailleurs, selon plusieurs sources concordantes, Morceli aurait été écarté du gouvernement le 23 juin dernier en raison de cette deuxième nationalité qui aurait mis dans la gêne des dirigeants du Palais Présidentiel d’El-Mouradia.

Laisser un commentaire