Mulatu Astatke, le père de l’Ethio-jazz

Mulatu Astatke, le père de l’Ethio-jazz

Musicien, compositeur et arrangeur, Mulatu Astatke est un nom familier dans son Ethiopie natal. Il est connu comme le père de l’Ethio-jazz, un mélange unique de pop, de jazz moderne, de musique traditionnelle éthiopienne, de rythmes latins, de reggae des Caraïbes et d’afro-funk.

Né en 1943 dans la ville de Jimma, dans l’ouest de l’Éthiopie, Mulatu Astatke a étudié la musique à Londres, New York et Boston, où il a été le premier diplômé africain du Berklee College of Music, et a continué à travailler avec plusieurs artistes de jazz de renom, dont une place d’invité avec Duke Ellington en 1971.

Après des études dans les clubs de danse de New York dans les années 60, Mulatu Astatke a enregistré trois de ses disques dans la ville, Afro-Latin Soul, Vol. 1 et Vol. 2 en 1966 et Mulatu d’Ethiopie en 1972. La plupart de ses disques ont été publiés par Amha Records, dont plusieurs singles et le LP Ethio Jazz de 1974.

Le travail de Mulatu Astatke a apporté une attention renouvelée à l’instrumentation et au rythme de la musique pop éthiopienne, berçant dans un âge d’or dans les cercles pop et jazz de ce pays de 1968 à 1974. Il a ensuite fondé une école de musique et a ouvert son propre club, tout en restant actif comme un arrangeur, un conseiller et un DJ. En 2004, il rencontre le Either / Orchestra du Massachusetts et forme une collaboration de longue date avec le groupe. L’inclusion de ses chansons sur la bande originale du film de Jim Jarmusch en 2005, Broken Flowers, a présenté Mulatu Astatke à un tout nouveau public, et son influence croissante sur la musique occidentale pourrait être entendue dans des actes hip-hop comme Quantic, Nas, Madlib et Kanye West, qui ont tous échantillonné sa musique.

Toujours du genre à élargir sa vision musicale, Mulatu Astatke a collaboré avec la configuration psych-jazz londonienne The Heliocentrics en 2008 sur l’album Inspiration Information, Vol. 3, qui comprenait des versions mises à jour de plusieurs de ses compositions classiques. À peu près à la même époque, il a complété une prestigieuse bourse de l’Institut Radcliffe à l’Université de Harvard, où il a aidé à moderniser plusieurs instruments traditionnels éthiopiens et a également créé une partie d’un opéra qu’il avait écrit, The Yared Opera. Son travail dans le Massachusetts comprenait également un programme d’artiste en résidence d’Abramowitz au MIT, où il a aidé le laboratoire des médias de l’école à développer une version moderne d’un instrument éthiopien traditionnel, le krar. Le Mulatu Steps Ahead, largement improvisé, qui comportait des collaborations avec Either / Orchestra et Heliocentrics, est sorti en 2010. Une autre sortie, les élégants Sketches of Ethiopia de 2013, a pris la forme d’une suite de jazz et est sorti sur le label Jazz Village. Travaillant avec son collaborateur de longue date Black Jesus Experience, Mulatu Astatke a enregistré Cradle of Humanity en 2016. Une deuxième coentreprise avec le même groupe a donné lieu à une exploration similaire de 2020 Pour savoir sans savoir.

La Rédaction

Laisser un commentaire