Mort de l’acteur ivoirien Jaguen Abouet : les révélations de Molaré

Mort de l’acteur ivoirien Jaguen Abouet : les révélations de Molaré

L’acteur culture ivoirien Jaguen Abouet est décédé le mardi 14 décembre 2021. Selon le chanteur Molare, il souffrait d’une grave maladie depuis des années.

Jaguen Abouet, ancien producteur, manager d’artistes, mécène, propriétaire de maquis et de boites de nuit, est décédé d’une insuffisance rénale. Dans un message, sur sa page Facebook, le nouveau boss du coupé Décalé, Molare lui a rendu hommage.

Dans son message, Molare a dévoilé les difficultés qu’il a rencontré tout au long de sa maladie. ‘’ Une légende. Il a organisé le Coupé-décalé quand nous sommes arrivés en 2002. Il souffrait de maladie depuis des années mais il n’a jamais arrêté de me conseiller. Il se déplaçait en fauteuil roulant mais n’hésitait jamais à venir au bureau pour aider les autres. Il parlait très peu de lui et s’investissait pour les autres. Il m’a aidé pour mon premier festival en décembre 2007. Il a formé 80 pour cent des managers actuels. Quand tu sortais une chanson coupé décalé, c’est lui qui attribuait le manager à l’artiste. Nous avons eu 2 maquis ensemble à YOP RUE PRINCESSE à l’époque d’où sont sortis plein d’artistes de talent qui se reconnaîtront‘’, a écrit Molaré.

Tu as inspiré une génération

Molare a reconnu que l’acteur Jaguen Abouet a géré sa carrière avec des voyages mémorables au Gabon, au Burkina, au Cameroun, au Mali, au Togo, au Bénin, en France, etc. « Dernièrement pour la marche de la paix avant les élections, il s’est déplacé avec son fauteuil roulant pour me retrouver pour marcher. Il a milité pour que je donne du matériel et des moyens pour les festivals de certaines personnes en oubliant sa propre situation. Il m’a fait offrir des stands à des mamans qui voulaient vendre à un festival. Ses conseils m’ont aidé à ne pas déprimer face à la méchanceté des gens il n’y a pas très longtemps ! Il était fort, il fait partie des personnes qui te rendent meilleur et bon ! Il m’appelait Boss, je l’appelais président. Oui le président est parti. C’est une disparition qui me touche profondément, parce que c’est sûr qu’on allait se débriefer sur mon dernier concert organisé. Tu es fort président. Va en paix. Tu as inspiré une génération. Que ta sagesse nous anime. Tous tes petits sont attristés. Je vais leur transmettre tes notes vocales sur ta dernière activité que tu voulais mettre en place CARNA YOP. A eux de t’honorer comme il se doit‘’, a-t-il confié.

La Rédaction

Laisser un commentaire