Le cinéaste Raymond Malinga veut faire éclore l’animation africaine dans le monde

Le cinéaste Raymond Malinga veut faire éclore l’animation africaine dans le monde

                                                            

Le producteur de films ougandais Raymond Malinga, dont le travail figurera dans une prochaine anthologie Disney de films d’animation de toute l’Afrique, espère que le projet fera connaître l’animation africaine au monde entier.

« Kizazi Moto : Generation Fire », est une collection en dix parties de courtes animations réalisées par des producteurs de six pays africains, dont la première sera diffusée sur la plateforme de streaming Disney Plus, plus tard cette année.

Malinga, titulaire d’un diplôme en animation et effets visuels d’une université de Malaisie, a créé sa société, Creatures Animation Studios, en 2015.

A 32 ans, il est l’un des 14 réalisateurs d’Afrique du Sud, d’Égypte, du Nigeria, du Zimbabwe, d’Ouganda et du Kenya qui contribuent à l’anthologie d’histoires de science-fiction et de fantaisie se déroulant dans le futur de l’Afrique. Le réalisateur oscarisé Peter Ramsey est le producteur exécutif du projet. 

Leur grande percée a eu lieu en 2017 lorsque leur court métrage d’animation « A Kalabanda Ate My Homework » a été présenté au Festival de Cannes et a remporté six prix, dont celui du meilleur film d’animation, au Festival international du film africain au Nigeria l’année suivante.

Son équipe, qui s’est agrandie au cours des dernières années pour atteindre 10 personnes, travaille dans un petit studio sombre, coincé entre les cubicules d’autres startups dans un village d’innovation de fortune construit à partir de conteneurs d’expédition réutilisés.

Le contenu africain gagne en popularité au niveau mondial grâce aux commandes croissantes de séries et de courts métrages par des services de streaming comme Netflix et Showmax de Multichoice.

En Afrique, cependant, le contenu étranger domine toujours et Malinga a déclaré que l’anthologie Disney était une occasion de combattre les stéréotypes et d’apporter aux consommateurs africains davantage de contenu mettant en scène des personnes qui leur ressemblent.

Au fur et à mesure que la marque du studio de Malinga et son vivier de talents se développent, il a déclaré qu’ils s’aventuraient dans les jeux et exploraient également les possibilités de la réalité virtuelle et augmentée.

Son rêve, dit-il, est d’amener sur la scène mondiale le cinéma et l’animation africains, pour reproduire le succès d’autres industries africaines.

« La musique afro a commencé à faire le tour du monde… nous avons certains de nos comédiens qui font le tour du monde et je me dis, pourquoi pas l’animation aussi, pourquoi pas le cinéma ? ». a déclaré Malinga.

La Rédaction

Laisser un commentaire