L’artiste sénégalais Lass accompagné par le guitariste Matthieu Chevalet en session live

L’artiste sénégalais Lass accompagné par le guitariste Matthieu Chevalet en session live

L’artiste sénégalais interprètera 2 titres de son 1er album Bumayé. Album réalisé par Raphaël D’Hervez (Pongo, Minitel Rose), Bumayé étant un leitmotiv rappelant toutes les épreuves traversées pour en arriver là, et c’est aussi une référence au combat mythique de Mohamed Ali contre George Foreman en 74 à Kinshasa. Lass partagera ensuite ses goûts musicaux avec les auditeurs : Orchestra Baobab, Daara J, Garnett Silk et Voilaaa.

D’abord, la voix

Une voix qui détonne et qui brille comme un feu d’artifice lorsqu’il chante sur des productions 2lectro, house, ragga, afropop. Une voix qui soigne aussi, en entonnant des mélodies célestes avec douceur. Une voix d’une élégance rare, dont on se souvient forcément. Lass réconcilie l’héritage séculaire des grands chanteurs africains et le style moderne des nouveaux chanteurs d’afropop.

Ensuite, l’artiste

Sénégalais de naissance, il apprend la musique très jeune, en observant Omar Pene ou Ismaël Lo faire le show dans le club dakarois de Youssou Ndour.

Après ses premiers singles enregistrés dans les studios de Daara J, il est véritablement « sauvé » par la musique. L’histoire est aussi incroyable que véridique : dans les années 90, quelques jeunes de son village décident soudainement de monter dans les pirogues pour rejoindre l’Europe. Mais Lass refuse de partir avec eux car un de ses morceaux commence à passer à la radio, et il serait tellement dommage de quitter Dakar juste au moment où sa musique gagne en notoriété. Finalement son single ne deviendra pas un tube au Sénégal… Quelques années plus tard, c’est par le hasard de la vie qu’il débarquera en Europe. En arrivant à Lyon, il est à deux doigts d’abandonner la musique, il faut trouver un « travail sérieux », et tout recommencer à zéro… Mais on n’éteint pas aussi facilement sa nature d’artiste et au fil des rencontres, Lass devient l’un des piliers du fameux projet Voilaaa de Bruno Patchwork. Il se retrouve aussi rapidement sur scène devant des dizaines de milliers de personnes avec Synapson, ce duo électro pour lequel il a signé deux singles notoires : Souba (plus de 4 millions d’écoutes sur les plateformes), et le récent Toujours avec Tim Dup.

Enfin, l’avenir

Au printemps 2021, sortira enfin en son nom propre – LASS – son premier morceau (et le EP à l’automne). Premiers pas vers l’album prévu pour printemps 2022, avec toujours cette volonté naturelle de concilier tradition acoustique et époque numérique, instruments joués et programmation digitale. Dès que les concerts seront à nouveau possibles, il prendra la route. En formation réduite (machines et instruments acoustiques), car c’est sa voix magnifique, et sa voix avant tout, qui touche nos âmes et bouscule nos corps.

La Rédaction

Laisser un commentaire