Lalla Essaydi : représentation de l’orient au féminin

Lalla Essaydi : représentation de l’orient au féminin

Entre les lignes de son travail tout en subtilité, c’est sa propre histoire qui se dessine. Les photographies de Lalla Essaydi révèlent en filigrane toute la complexité de l’identité féminine arabe à travers le prisme de son expérience personnelle. C’est dans ses souvenirs d’enfance que l’artiste, née en 1956 à Tameslouht, puise son  inspiration.

Créer une voix influente dans le monde ne doit pas nécessairement se faire par la bouche. Lalla Essaydi, une artiste contemporaine, utilise plutôt ses œuvres pour critiquer les manières et les attitudes sociales. Née en 1956 et élevée au Maroc, Essaydi a été exposée à la culture musulmane, qui « a joué un rôle fondamental dans sa formation », aux valeurs et aux opinions sur la société. Si elle se partage aujourd’hui entre le Maroc et les États-Unis, l’artiste que plusieurs galeries représentent, dont Tindouf à Marrakech a vécu de nombreuses années en Arabie saoudite. Formée aux Beaux-Arts de Paris et diplômée de l’École du musée des Beaux-Arts de l’université de Tufts, près de Boston. Elle entremêle photographie, calligraphie et peinture, explore l’esthétique orientaliste, désagrège les stéréotypes. Offrant ainsi, dans un entre-deux mondes ouaté, un voyage lascif entre Orient et Occident féminin et un nouveau regard affranchi.

Briser les normes sociales dans les sociétés patriarcales est important pour créer un monde accueillant et confortable, non seulement pour la majorité de la population, mais aussi pour les minorités, un thème dominant dans l’œuvre d’Essaydi.

La Rédaction

Laisser un commentaire