La Somalienne Sana Ashraf Sharif Muhsin promeut des images de paix

La Somalienne Sana Ashraf Sharif Muhsin promeut des images de paix

Parmi les professions autrefois taboues qui émergent des décennies de conflit et d’islamisme en Somalie figure le monde des arts. Sana Ashraf Sharif Muhsin, une jeune peintre de 21 ans, a dû faire face à plus d’opposition que la plupart de ses compatriotes.

Rare femme artiste dans ce pays très conservateur de la Corne de l’Afrique, Sana Ashraf Sharif Muhsin vit et travaille au milieu des décombres du bâtiment de son oncle, partiellement détruit pendant les années de guerre à Mogadiscio. Malgré les difficultés, notamment la croyance de certains musulmans selon laquelle l’islam interdit toute représentation des personnes, et la recherche de pinceaux et d’autres matériaux pour son travail, elle est optimiste.

“J’aime mon travail et je crois que je peux contribuer à la reconstruction et à la pacification de mon pays”, dit-elle. Selon Abdi Mohamed Shu’ayb, professeur d’art à l’université nationale de Somalie, Sana se distingue par le fait qu’elle a franchi la barrière du genre pour entrer dans une profession dominée par les hommes. Elle n’est que l’une des deux femmes artistes qu’il connaît en Somalie, l’autre se trouvant dans la région sécessionniste du Somaliland.

Croquis d’objets domestiques

Pourtant, Sana est unique “parce que ses œuvres d’art capturent la vie contemporaine de manière positive et cherchent à construire la réconciliation”, déclare Abdi Mohamed Shu’ayb. Etudiante en génie civil, elle a commencé à dessiner à l’âge de 8 ans, suivant l’exemple de son oncle maternel, Abdikarim Osman Addow, un artiste réputé.”J’utilisais du charbon de bois sur tous les murs de la maison pour dessiner ma vision du monde”, raconte Sana. Des cours plus formels ont suivi, et elle a fini par assembler un livre à partir de ses croquis d’objets domestiques comme une chaussure ou une cruche d’eau.

Mais son travail a attiré l’attention du public au fil des ans, ce qui a provoqué des tensions. “J’ai parfois peur pour moi”, dit-elle, se souvenant d’une confrontation lors d’une récente exposition à l’Université de Mogadiscio. Un étudiant s’est mis à crier “C’est mal !” et les professeurs ont tenté de le calmer en lui expliquant que l’art est une partie importante du monde. De nombreuses personnes en Somalie ne comprennent pas les arts, dit Sana, et certains les critiquent même comme étant dégoûtants. Lors des expositions, elle essaie de faire comprendre aux gens que l’art est utile et qu’il est “une arme qui peut servir à beaucoup de choses.”

Problèmes sociaux

Un professeur a un jour mis ses compétences au défi en posant des questions et en exigeant des réponses sous la forme d’un dessin. “Tout ce qui est fait est d’abord dessiné, et ce que nous faisons n’est pas la robe mais quelque chose qui change vos émotions internes”, a déclaré Sana. “Nos peintures parlent aux gens”.

Ses œuvres explorent parfois les problèmes sociaux qui agitent la Somalie, notamment une peinture représentant un soldat regardant les ruines du premier Parlement du pays. Elle reflète l’affrontement politique actuel entre le gouvernement fédéral et l’opposition alors que les élections nationales sont retardées. Une autre peinture reflète les abus dont sont victimes les jeunes femmes vulnérables “qu’elles ne peuvent même pas exprimer”.

Interprétation stricte

Une troisième œuvre montre une femme portant une robe à épaules nues, populaire en Somalie il y a plusieurs dizaines d’années, avant qu’une interprétation plus stricte de l’islam ne s’impose et que les érudits n’incitent les femmes à porter le hijab. Mais Sana recherche également la beauté dans son travail. “Nous avons traversé 30 ans de destruction, et les gens ne voient que de mauvaises choses, ayant dans leur esprit le sang, la destruction et les explosions. Si vous cherchez sur Google la Somalie, on n’y trouve pas de belles images, mais des images laides, alors j’aimerais changer tout cela en utilisant mes peintures.”

Sana espère gagner davantage de confiance dans son travail en l’exposant plus largement, au-delà des événements organisés en Somalie et au Kenya voisin. Mais il n’est pas facile de trouver des modèles dans son pays. Si elle cite plusieurs artistes somaliens dont elle admire le travail, elle ne connaît aucune autre femme comme elle.

La Rédaction

Laisser un commentaire