La secret store du mannequin Ajuma Nasenyana

La secret store du mannequin Ajuma Nasenyana

La Top Model suédo-kényane, Prisca Aroko Ajuma Nasenyana, vient de révéler que sa mère n’avait que 15 ans, quand elle l’a mise au monde, le 14 janvier 1985, à Lodwar, au Kenya. Mais, étant encore adolescente et ne pouvant pas se débrouiller avec le bébé, une famille suédoise les a adoptées toutes les deux.

Nasenyana a par la suite été emmenée dans une école privée britannique, à l’âge de 8 ans, et sa mère est également retournée à l’école.Dans un entretien très émouvant avec le célèbre blogueur Robert Alai sur la chaîne YouTube de The Audit, la Top Model suédo-kényane, Ajuma Nasenyana, très connue pour avoir réagi contre l’éclaircissement de la peau en Afrique, a parlé de son enfance et de son ascension vers la célébrité, malgré son origine de Turkana, un peuple du Kenya, mais également d’Éthiopie et à un moindre degré du Soudan du Sud.

« Je suis née à Lodwar, d’une mère adolescente. Elle avait environ 15 ans, encore très jeune. C’était vraiment difficile pour nous de grandir et de joindre les deux bouts. Une situation très difficile pour ma mère. Imaginez une mère adolescente et son petit bébé. Alors, nous avons été accueillis par une famille suédoise qui était en poste à Lodwar et travaillait pour une ONG », a raconté Ajuma Nasenyana. Elle a aussi déclaré que la famille adoptive avait bien pris soin d’elle et de sa mère et l’avait même emmenée dans un pensionnat d’une école privée britannique, à l’âge de 8 ans.

Selon le mannequin, lorsqu’elle est allée à l’internat, sa mère a également été ramenée à l’école. Sa mère a ensuite ouvert une ONG qui aide et autonomise les femmes de Turkana, après avoir terminé ses études universitaires. Ajuma a révélé qu’elle avait grandi en tant que garçon manqué et qu’elle n’avait aucun intérêt à porter des talons, avant de marcher sur la piste de la mode. Cependant, ses camarades de classe, l’encourageaient à essayer le mannequinat et à participer à des concours. C’est alors qu’elle a commencé à recevoir des photographes venus de l’étranger juste pour la rencontrer et la prendre en photo. Elle a fait savoir que sa carrière l’avait amenée à voyager à travers le monde et à rencontrer des personnes magnifiques. C’est ainsi qu’elle lance, en 2013, au Kenya, une agence de mannequinat, City Models Africa.

La Rédaction

Laisser un commentaire