La littérature africaine francophone peu connue en Allemagne ?

La littérature africaine francophone peu connue en Allemagne ?

Selon Théo Ananissoh, écrivain togolais vivant en Allemagne, la littérature africaine de langue française est confrontée à des difficultés en Allemagne.

La littérature africaine francophone est peu connue en Allemagne, selon Théo Ananissoh. L’écrivain togolais vit depuis près de 30 ans en Allemagne.  L’auteur entre autres de “Delikatessen” publié par les éditions Gallimard pense que cela est dû à la difficulté des écrivains francophones de se faire promouvoir dans le paysage littéraire allemand. Il n’y a pas de reconnaissance en Allemagne de la littérature africaine de langue française en dehors des circuits subventionnés.

Il n’y a pas d’auteurs africains de langue française qu’on connaisse en Allemagne. Si vous demandez à des gens qui ont l’habitude de lire, on va vous donner le nom de Chimananza Ngozi Adichie (écrivaine nigériane) et peut-être quelques autres Nigérians ou Sud-africains etc. Mais il n’y a pas d’auteurs africains francophones connus. La qualité littéraire, la créativité, l’imagination est la même en langue française qu’en langue anglaise mais ils sont confisqués, ils sont pris en otage, ils ne passent pas la frontière et donc il y a une impression péjorative de ces gens puisque ceux qu’on promeut sont des gens subventionnés et ces gens-là ne convainquent pas, quand on les traduit, donc ils constituent l’image de ce qu’on croit être littérature africaine en langue française. 

Remédiation

Il faudrait d’autres spécialités, d’autres catégories de personnes, d’activités, pour faire connaître la littérature francophone africaine en Allemagne. S’il y a par exemple, des prix littéraires authentiques qui arrivent à promouvoir des œuvres, en disant ça, ceci est une œuvre francophone africaine que nous admirons, cela pourrait attirer l’attention.

La Rédaction

Laisser un commentaire