La créatrice de mode Sally Karago explique enjeux de l’éducation dans l’industrie de la mode au Kenya

La créatrice de mode Sally Karago explique enjeux de l’éducation dans l’industrie de la mode au Kenya

Sally Karago est créatrice de mode chez SK Fashion et fondatrice de la Mcensal School of Fashion. Elle explique pourquoi l’éducation est la clé de l’industrie de la mode. C’est un outil inégalé pour susciter des changements positifs dans une société. L’école contribue au succès de plusieurs manières surtout dans la promotion du génie humain.

Qu’est-ce qui a suscité votre intérêt pour la mode ?

J’avais 12 ans quand j’ai su que j’allais devenir styliste de mode. J’aimais l’idée de vêtements. Ma voisine était styliste et la plupart des soirs, je m’asseyais avec elle et je regardais ce qu’elle faisait. Mon père et mes sœurs insistaient pour que je les habille. J’allais dans les magasins et je choisissais quelque chose de joli pour tout le monde à la maison. C’est comme ça que j’ai commencé à comprendre les couleurs. Je combinais les couleurs et je trouvais quelque chose de très différent.

C’est ce qui vous a incitée à aller à l’école de mode ?

Oui, c’est ça. J’ai terminé mon niveau O et j’ai rejoint une école de mode locale. J’y suis restée deux ans et j’ai obtenu un diplôme. Une de mes tantes m’a encouragée à poursuivre mes études. Elle pensait que je n’avais pas assez progressé et qu’il y avait beaucoup plus à faire. À l’époque, la mode n’était pas populaire au Kenya. Nous n’avions même pas de magazines de mode.

Qu’est-ce qui vous a incité à créer un studio de mode ?

J’étais en Europe pendant quatre ans et j’ai obtenu un master en mode. À mon retour, le Kenya ne s’était toujours pas ouvert à l’industrie de la mode. Il était également difficile de percer sur le marché. Beaucoup de gens ne connaissaient pas le mot “créateur de mode”. Ils ne connaissaient les créateurs de mode que par la télévision. Si vous rencontrez un créateur de mode local, cela signifie qu’il a échoué à l’école. Nous étions considérés comme des ratés. Je n’avais aucune idée par où commencer. Tout ce que je savais, c’est que je devais créer un studio de mode et j’en ai créé un, et la plupart de mes clients étaient mes amis qui me soutenaient. C’est là que je me suis demandé quel serait mon avenir dans cette industrie.

Comment êtes-vous entrée dans le monde de l’entreprise en utilisant la mode ?

J’adorais aller au Norfolk et je me souviens que je détestais l’apparence des employés dans leurs uniformes. Je suis allée voir le directeur général et je lui ai demandé si je pouvais faire une seule tenue pour un serveur. Ils ont aimé ma présentation parce que personne ne l’avait si bien faite. J’ai mis en pratique tout ce que j’avais appris à l’école et c’est ainsi que j’ai pu obtenir plus de clients dans le monde des entreprises.

Vous avez commencé en 1994, comment l’industrie de la mode a-t-elle évolué ?

Sans aucun doute ! Les gens sont passés d’un look occidental à un look plus ethnique. Les gens exigent des vêtements fabriqués localement. Une des raisons pour lesquelles beaucoup de mes clients sont des clients réguliers est que tous mes vêtements sont fabriqués au Kenya. Si vous mettez votre produit sur le marché, vous devez d’abord y croire, le connaître parfaitement, l’aimer et en avoir la passion. Ensuite, les gens l’aimeront.

Pourquoi avez-vous décidé de créer une école de stylisme ?

De jeunes stylistes venaient à mon atelier et ils me posaient beaucoup de questions sur l’industrie. Je leur faisais passer un petit test. Beaucoup d’entre eux semblaient très perdus. J’avais l’impression qu’ils manquaient d’exposition, surtout en matière de design. J’ai fait cela pendant deux ou trois ans et une fois de plus, j’ai constaté qu’il fallait créer une école de mode au Kenya.

Comment s’est passé le voyage depuis que vous avez ouvert l’école ?

J’ai commencé avec une étudiante, et c’est moi qui la parrainais. Nous avions quatre professeurs. J’ai été encouragée à ne pas abandonner ma vision. En un an, nous avons eu dix étudiants. Actuellement, nous avons environ 80 étudiants.

Est-il nécessaire que quelqu’un aille à l’école pour étudier la création de mode ou est-ce inné ?

Pour en savoir plus Abonnez-vous au Standard Epaper pour obtenir un exemplaire de Eve Woman in the Standard Il n’est pas question d’aller chez un dentiste qui a appris son métier sur YouTube. Il doit y avoir une sorte de certification. Il doit y avoir une partie académique en vous. La mode est impliquée. Vous devez comprendre les tissus et les motifs, les illustrations, le fonctionnement d’une machine et le processus de création de mode. Lorsque vous savez quelque chose de mieux que votre tailleur, cela facilite le travail. Lorsque vous employez un tailleur, vous devez savoir ce dont vous avez besoin pour exécuter un dessin.

Qu’est-ce que vous recherchez avant qu’un étudiant ne soit admis à l’école ?

La passion d’abord. Les étudiants n’ont peut-être pas très bien réussi à l’école, mais ils doivent avoir de la passion. Nous leur demandons d’écrire un essai sur les raisons pour lesquelles ils veulent rejoindre l’école.

Quels conseils donneriez-vous aux jeunes designers ?

Faites de la recherche votre partenaire commercial. Ensuite, vous devez connaître votre produit. Comprenez-le. Que donnez-vous à la nation ? Que créez-vous pour la nation ? Apprenez à créer une marque. Lorsque vous devenez une marque, les gens viennent à vous. Comprenez ce qui se passe aujourd’hui.

Laisser un commentaire