Hajooj Kuka : le réalisateur qui apporte lumière et humour en temps de guerre

Hajooj Kuka : le réalisateur qui apporte lumière et humour en temps de guerre

Akasha est un film comique soudanais et réalisé par Hajooj Kuka sur un soldat Soudanais coincé entre son amour pour sa petite amie et son AK-47. La scène se termine assez abruptement, mais conclut en apportant lumière et humour sur un pays plongé dans une guerre civile. C’est une série d’événements comiques qui relatent la période guerre que le pays a traversée.

Il n’est pas fréquent que des films soudanais fassent une apparition au Festival du film de Londres, il est donc immensément rafraîchissant de voir aKasha faire l’affiche de la catégorie “Dare” de cette année parmi une collection d’autres productions africaines. Les restrictions budgétaires peuvent souvent poser des problèmes quant au professionnalisme d’un montage final, mais pas pour le réalisateur Hajooj Kuka, qui fait ses débuts dans le cinéma avec une comédie romantique qui montre une approche légère du sujet beaucoup plus sérieux de la guerre du Sud-Soudan. Plutôt que de s’attarder sur le conflit lui-même et de se laisser entraîner dans une matière plus sombre, le cinéaste choisit de créer une histoire très différente, en apportant lumière et humour sur un pays plongé dans une guerre civile qui a fait des effusions de sang une coutume courante.

Le film suit les actions d’Adnan (Kamal Ramadan), un héros de guerre révolutionnaire soudanais qui se prélasse dans sa gloire un peu trop pour sa petite amie Lina (Ekram Marcus). Bien que profondément affectueux envers elle, son ego est devenu plus grand que la pièce dans laquelle il se trouve et son amour pour “Nancy” (son AK47) a fait vaciller sa considération pour les autres. Pendant la saison des pluies au Sud-Soudan, les combats sont interrompus afin que les soldats puissent retourner dans leurs familles et travailler dans leurs fermes, mais cette période est maintenant terminée et Adnan est en retard pour retourner dans son unité. Contraint de fuir le commandant Blue (Abdallah Alnur), chasseur de déserteurs, le protagoniste fait appel à l’aide d’un étranger nommé Absi (Ganja Chakado) pour récupérer son arme auprès de Lina. Ce qui suit est une série d’événements comiques alors que les deux hommes établissent une amitié improbable dans un voyage de découverte et d’exploration idéologique.

De vastes paysages de sable brun constituent un habitat naturel pour les communautés sud-soudanaises d’aKasha, qui vivent dans une réalité qui n’est pas très différente de celle du monde occidental. Le scénario, également écrit par Kuka, contient les éléments structurels de base nécessaires à la réalisation d’un long métrage de comédie léger, même si les moments de rires forts sont assez maigres dans une intrigue relativement élémentaire. Ce qui s’appuie sur cette base est une appréciation culturelle révélatrice de l’ethos et des moyens de subsistance du peuple soudanais qui culmine finalement dans une belle vision cinématographique induite par la drogue qui illumine l’écran de mille couleurs et de marques tribales.

Le film est soutenu par les performances très confortables des membres de l’équipe Marcus, Chakado et Ramadan, qui font tous preuve de leurs talents et capacités sophistiqués dans ce qui est une première apparition au cinéma pour eux tous. Le film se termine assez abruptement, mais conclut de manière satisfaisante l’histoire du protagoniste principal, tout en construisant à juste titre des profils de personnages de soutien, au point qu’à la tombée du rideau final, le public ressent une certaine empathie à leur égard – ce qui, avec une durée de seulement 78 minutes, est uneréussite louable.

Laisser un commentaire