Ger Duany : « J’étais enfant soldat au Soudan »

Ger Duany : « J’étais enfant soldat au Soudan »

Avant d’être acteur, mannequin et ambassadeur de bonne volonté pour le HCR, Ger Duany, qui vit aujourd’hui aux Etats-Unis, a vécu la guerre et la famine au Soudan. Son père lui a offert sa première AK-47 à 13 ans. Il se sert de son expérience pour sensibiliser sur le sort des réfugiés et des déplacés internes.

A l’âge de six ans, Ger Duany se voyait en éleveur de bétail, « dans l’herbe haute qui s’étendait jusqu’à l’horizon, parsemée de monticules de termites et d’acacias au sommet plat ». La guerre civile qui déchire le Soudan en a décidé autrement. Enrôlé comme enfant soldat, il expérimente les pires atrocités. A 14 ans, séparé de sa famille, il parvient à fuir vers l’Ethiopie, puis vers le Kenya. C’est là, depuis le camp de réfugiés de Dadaab, géré par le Haut-Commissariat pour les réfugiés (HCR), qu’il s’envole en 1994 pour les Etats-Unis. Il est d’abord installé à Des Moines (Iowa), puis à Bloomington (Indiana) chez un oncle, avant de faire des études dans l’Illinois et dans le Connecticut. Devenu acteur, puis mannequin, Ger Duany fera ensuite l’expérience des grandes villes. Los Angeles, New York… Celle du racisme, aussi.

Nommé ambassadeur de bonne volonté du HCR en juin 2015, il partage son expérience de réfugié en parcourant le monde. Depuis plusieurs mois, l’appel de ses origines se fait toujours plus fort et il multiplie les allers-retours entre les Etats-Unis et l’Afrique. Il repart d’ailleurs prochainement au Soudan du Sud alors que l’ONU vient de lancer un nouvel avertissement : le processus de paix dans la région en proie à une crise politique et économique chronique est sérieusement menacé. Les cicatrices de la guerre déclenchée deux ans après la proclamation d’indépendance du jeune Etat restent béantes. Rien qu’entre 2013 et 2018, le pays a connu plus de quatre millions de déplacés internes. Quant au Soudan voisin, il vit ces jours les conséquences d’un coup d’Etat militaire qui le plonge dans un avenir incertain.

C’est depuis Omaha, dans le Nebraska, que Ger Duany nous ouvre les portes de son histoire. Un homme humble, affable. Avec, toujours, un immense sourire aux lèvres.

La Rédaction

Laisser un commentaire