Des’ree Msasi, make-up artist de l’extrême

Des’ree Msasi, make-up artist de l’extrême

Place à la nouvelle garde de la mode et de la culture. Impressionnants et audacieux, les créateurs de la Gen-Z font bouger les lignes. Notre nouveau projet, Youthquake, vous invite à découvrir comment artistes, musiciens, acteurs, designers et mannequins imaginent un futur radicalement nouveau.

Couleurs vives, circonvolutions abstraites, motifs délirants : le compte TikTok de Des’ree Msasi est véritablement hypnotisant. Cumulant un demi-million de followers et plus de 16 millions de likes sur le réseau social, cette artiste autodidacte s’est fait connaître avec ses maquillages transformistes donnant naissance à des créatures toutes plus étonnantes les unes que les autres.

Née en Ukraine mais ayant grandi en Tanzanie, elle se découvre très tôt un talent pour les arts plastiques, mais ce n’est que tardivement qu’elle s’essaie au maquillage et transforme son visage en toile vivante. « J’ai l’impression que la plupart des gens se passionnent pour le make-up en s’entraînant avec les produits de leur mère. Ce n’est pas mon cas. J’ai commencé à me maquiller seulement après le lycée », explique-t-elle. A l’époque, elle apprend les bases en regardant des tutoriels sur YouTube (Jackie Aina, Nikkie Tutorials et Katie Michaelis sont ses influenceuses beauté favorites) et s’exerce sur sa famille et ses amis. Maîtrisant les subtilités du fond de teint et de l’eye-liner, elle s’essaie ensuite au maquillage à effets spéciaux afin de booster sa créativité, et d’améliorer ses compétences. « J’ai alors découvert que j’étais capable de me métamorphoser en à peu près n’importe quoi. Je m’inspirais de films, de dessins animés, de créations de mode, d’animaux ou, de manière générale, du monde naturel », rapporte-t-elle.En 2018, Des’ree Msasi expérimente de nouvelles techniques, comme le bodypainting. Deux ans plus tard, pendant le confinement, sa créativité et son savoir-faire sont au sommet, comme en témoigne sa vidéo la plus populaire sur TikTok, dans laquelle elle se métamorphose en fleur cosmique auréolée de pétales. Au niveau des yeux, ses cils sont déployés à l’extrême et ponctuent l’immense nuage violacé recouvrant son visage et son buste. « C’était la première fois que j’imaginais une composition inspirée de fleurs et je n’étais vraiment pas sûre de mon coup. Je n’étais pas certaine du résultat, mais j’ai appris à l’aimer et aujourd’hui, je l’adore”, raconte Des’ree Msasi. La make-up artist a le don pour créer des compositions hypnotiques, à l’instar de son maquillage tourbillon entremêlant du jaune, de l’orange et du noir. Ce maquillage a été inspiré par un tissu kanga africain traditionnel : « J’étais tellement fan du motif et des couleurs : il fallait absolument que j’en fasse quelque chose ».

Tout un art

Des’ree Msasi met en moyenne dix heures pour réaliser un maquillage. Mais en amont cela, une longue phase de préparation peut lui prendre plusieurs jours. Elle cherche d’abord l’inspiration, notamment en scrollant pendant des heures sur Pinterest, puis dessine des croquis, et enfin confectionne les accessoires qui agrémenteront son look. « Généralement, je commence à travailler très tôt le matin. Et, bien sûr, j’ai toujours un fond sonore pour m’accompagner », dit-elle. Il peut s’agir du sitcom The Big Bang Theory (qu’elle a déjà vu des « centaines de fois ») ou d’une série de science-fiction, à l’instar du Trio venu d’ailleurs : les contes d’Arcadia, son dernier coup de cœur. L’inspiration lui vient par périodes. Elle peut surgir après le visionnage d’une série et d’un film fantastique. Récemment, c’est l’univers du super-héros Shang-Chi (2021, Marvel), qui a stimulé sa créativité. « J’ai été sidéré par la beauté des créatures mythiques habitant le village du film. J’ai tout de suite commencé à imaginer quels autres types de personnages pourraient vivre ici”, raconte Des’ree Msasi. La nature est également

Une source d’inspiration majeure. En ce moment, par exemple, ce sont les merveilles des fonds marins qui obsèdent et fascinent la make-up artist. Elle a déjà réalisé des maquillages très graphiques autour du poisson-lion et du poisson-clown notamment. “J’essaie de trouver et de me renseigner sur les animaux marins les plus étranges. Ce sont souvent les plus colorés et les plus intéressants. Ils ont généralement les plus beaux motifs ».“La pratique du make-up n’est pas seulement un exutoire à la créativité”, ajoute–t-elle. Cette pratique possède des vertus thérapeutiques et lui permet de s’évader du quotidien et d’oublier ses problèmes. « Cela me procure un sentiment de bien-être et de calme. Un peu comme quand j’écoute de la musique”, dit-elle. « Quand je dessine des petits détails et mélange mes couleurs afin d’obtenir la bonne teinte, je suis très concentrée, propulsée dans un ailleurs et pleinement dédiée à mon art”. Des’ree Msasi explique qu’elle renoue et nourrit l’enfant qui est en elle. « Quand j’étais petite, je regardais beaucoup la télé. Je voulais devenir une créature de dessins animés. Aujourd’hui, grâce au maquillage, je peux créer de toute pièce mes propres personnages. En tant que membre de la Gen-Z, c’est bien sûr grâce à Internet et aux réseaux sociaux que Des’ree Msasi a pu développer ses compétences et s’affirmer en tant qu’artiste. « Toutes les informations sont à portée de main. Il suffit d’ouvrir son moteur de recherche. Cela m’a vraiment encouragée à tout faire par moi-même », ajoute Des’ree Msasi, qui aimerait bien être maquilleuse pour le cinéma ou travailler dans le design de personnages. Elle espère ainsi rendre hommage aux films et séries qui l’inspirent. Mais en attendant, elle entend continuer à encourager les artistes en herbe à croire en eux. “Je veux inspirer tous ceux qui aiment créer », conclut-t-elle.

La Rédaction

Laisser un commentaire