Cheikh Ibra Fam sort l’album « Peace in Africa »

Cheikh Ibra Fam sort l’album « Peace in Africa »

Disques Nuits d’Afrique prépare la sortie numérique de « Peace in Africa », le premier album international de Cheikh Ibra Fam le vendredi 11 mars 2022. Avec « Peace In Africa », le chanteur et multi-instrumentiste sénégalais Cheikh Ibra Fam enrichit de nouvelles nuances le spectre de la world music africaine.

Ce premier album solo international, composé de 11 titres aux couleurs afro-pop et accompagnés de clips qui « appellent au voyage », révèlent la grande qualité et l’éclectisme de cet artiste de grand talent. Ce premier opus est le fruit de cette catalyse musicale, à la fois ancré en Afrique et ouvert sur le monde, connecté à ses racines et résolument contemporain.

Après quatre années au service du mythique Orchestra Baobab, monument cinquantenaire de la musique sénégalaise, et trois albums sous le nom de Freestyle lui ont permis de se faire connaître de ses compatriotes, puis aujourd’hui à l’international.

La richesse des chansons réunies sur « Peace In Africa » et la diversité des registres auxquels elles appartiennent reflètent la personnalité autant que le bagage de leur auteur, qui réside aujourd’hui entre l’île de La réunion, le sud de la France et le Sénégal.

Un album riche et éclectique

Les beats programmés croisent la kora (« Peace In Africa »), les cuivres s’invitent derrière une guitare héritière du folk sénégalais (« Yolele »), un air de Cap-Vert flotte ici (« Diarabi »), là c’est le skank du reggae qui apporte son groove (« Diom ») pour évoquer ces jeunes Africains qui traversent les mers pour tenter leur chance en Occident, ailleurs l’artiste chante en bambara un air du Mali dont est originaire sa mère (« Ayitaria »).

Parmi ceux qui sont venus contribuer à « Peace In Africa », il y a notamment Cheikh Lô, une des figures de la musique sénégalaise avec qui Cheikh Ibra Fam partage le fait d’appartenir à la communauté baye fall. La reggaewoman franco-capverdienne Mo’Kalamity est aussi venue partager le micro, tandis que Mamy Kanouté a été chargée des choeurs, elle qui accompagne de longue date Baaba Maal. Les « papas » de l’Orchestra Baobab occupent sur cette liste d’invités une place toute particulière : Thierno Koite, le saxophoniste qui a su penser à son jeune compatriote lorsqu’une place dans le groupe était vacante, et bien sûr feu Balla Sidibé, membre fondateur du Baobab dont il était l’un des chanteurs.

Marceau phare « Cosaan »

« Cosaan » est une invitation à un retour aux sources et à une meilleure appréciation de la vie, de la culture et de l’héritage africain. C’est l’unique morceau de l’album où Cheikh chante en français.

Le morceau est porté par un message d’espoir et de liberté représenté à merveille par un clip tourné au bord de l’océan et Illustré par des motifs africains. Ce titre relie les deux cultures de l’artiste et son ambition de s’ouvrir au monde

La Rédaction

Laisser un commentaire