Bupe Mulapes produit des fraises « made in Zambia »

Bupe Mulapes produit des fraises « made in Zambia »

Il y a quelques années, Buse Chipili Mulapes lançait une exploitation de fraises avec seulement 20 plants. Aujourd’hui, l’entrepreneure possède plus de 90 000 mille plants, avec une clientèle au niveau local et à l’international.

Dans la ville de Lusaka en Zambie, Farm23 Strawberry, entreprise agricole, s’est spécialisée dans la culture et la commercialisation de fraises. Elle produit des fraises de type alinta, une spécialité venue d’Australie, très sollicitée sur le marché local, mais aussi en RD Congo ou l’entreprise fournit plus de 60% de sa production. L’exploitation se diversifie avec d’autres denrées agricoles comme des carottes, des tomates, de la laitue et des concombres.

C’est après avoir constaté l’absence de fraises dans les supermarchés que Bupe Chipili Mulapesi, la fondatrice, a eu l’idée de se lancer dans la culture de ce fruit, relate How We Made It In Africa. Une visite en Australie où elle a rencontré un collègue agriculteur qui réussissait avec cette variété de fraise, l’a motivé à débuter son activité en 2009.

« Au fil du temps, j’ai commencé à comprendre le marché de Lusaka et le fonctionnement de l’agriculture. Je me suis concentrée sur les cultures pour lesquelles il y avait une demande ».

En Zambie, les fraises constituent un marché de niche. Si au départ les populations hésitaient à consommer les fraises produites localement, Farm23 Strawberry a fait un marketing intensif pour convaincre les acheteurs que des fraises de bonne qualité pouvaient venir du pays.

« Nous avions ce mythe selon lequel les fraises ne peuvent pas pousser ici. Les gens le disent encore aujourd’hui, mais lorsque j’ai étudié la littérature botanique de la plante, il était clair qu’elle prospérait dans d’autres pays africains au climat similaire. De nombreux investissements, mes propres économies, ont été consacrés au conditionnement et à l’image de marque, afin de concurrencer les produits importés », a-t-elle expliqué.

L’entreprise a aussi fait face à la Covid-19 ayant lourdement impacté son activité. La demande a réduit et son entreprise s’est retrouvée avec beaucoup de déchets post-récolte. Alors que les supermarchés locaux prenaient environ 500 barquettes par semaine, ils l’ont réduit à environ 100. Pour y faire face, Farm23 Strawberry s’est tournée vers le marché extérieur, et est entrée en contact avec un acheteur de la RD Congo, où elle fournit 800kg de fraises.

Lancée en 2009 avec seulement 20 plants, Farm23 Strawberry possède à présent une capacité de 96 000 plants. Bupe Chipili Mulapesi étudie à présent d’autres voies commerciales dans la transformation industrielle, notamment avec la confiture, du jus et un composant pour boissons. Elle travaille aussi sur l’obtention d’une certification pour l’exportation de ses fraises vers l’Occident.

La Rédaction

Laisser un commentaire