Boy From Heaven, unique film africain au Festival de Cannes 2022

Boy From Heaven, unique film africain au Festival de Cannes 2022

La liste des 18 films en lice pour la Palme d’or de la 75ème édition du Festival de Cannes qui aura lieu du 17 au 28 mai 2022 a été dévoilée le 14 avril 2022. Au total, 2200 films ont été visionnés par l’équipe du festival. Un seul film africain sera en compétition, Boy From Heaven du réalisateur égyptien Tarik Saleh.

La 75e édition du Festival de Cannes aura lieu du 17 au 28 mai 2022. Cette année, l’Afrique n’est représentée que par un seul film dans la compétition officielle, celui du réalisateur égyptien Tarik Saleh.

« Boy From Heaven » raconte l’histoire d’Adam, simple fils de pêcheur, qui intègre la prestigieuse université Al-Azhar du Caire, épicentre du pouvoir de l’islam sunnite. Le jour de la rentrée, le grand imam à la tête de l’institution meurt soudainement. Adam se retrouve alors, à son insu, au cœur d’une lutte de pouvoir implacable entre les élites religieuses et politiques du pays.

Né en 1972 à Stockholm, Tarik Saleh est un réalisateur, animateur, éditeur, journaliste et producteur de télévision suédois d’origine égyptienne qui s’était déjà fait remarquer en 2017 en remportant le Grand prix du jury à Sundance pour son film « Le Caire Confidentiel ».

L’année dernière, après une édition virtuelle inédite, la croisette renouait avec ses festivaliers et le continent avait été représenté par 6 films dont « Lingui Les Liens Sacrés » du tchadien Mahamat Saleh Haroun et « Haut et Fort » de Nabil Ayouch en lice pour la Palme d’or. D’autres films africains étaient aussi inscrits dans différentes sections du festival. L’on retrouvait ainsi « La Femme du Fossoyeur », qui remportera par la suite l’Etalon d’Or du Yennenga au Fespaco 2021, une histoire d’amour et de désir de Leyla Bouzid et Feather de l’Egyptien Omar El Zohairy. Neptune Frost était également de la partie.

Mais cette année 2022 n’est pas aussi faste pour le 7e art du continent. A moins que la sélection de la Quinzaine des réalisateurs, qui sera rendue publique, et celle de la Semaine de la critique ne réservent de bonnes surprises, l’on peut déjà dire que les films du continent seront rares.

La Rédaction

Laisser un commentaire