Adel Abdessemed : l’obsédé du sens de la vie

Adel Abdessemed : l’obsédé du sens de la vie

Adel Abdessemed, né le 2 mars 1971 à Constantine (Algérie), est un artiste algérien, qui utilise plusieurs techniques dont le dessin, la vidéo, la sculpture et l’installation. Il vit et travaille à Paris.

Biographie

Adel Abdessemed est issu d’une famille chaouis originaire des Aurès et vivant à Constantine.

Il débute sa production artistique de 1986 à 1990 à l’École régionale des beaux-arts de Batna. Puis, il intègre l’École supérieure des beaux-arts d’Alger en 1990. Il la quitte en 1994, à la suite de l’assassinat du directeur Ahmed Asselah et de son fils, dans l’enceinte de l’établissement.

Il vit et crée ensuite à Lyon (École nationale supérieure des beaux-arts, 1994-1998), Paris (Cité internationale des arts, 1999-2000), New York (Bourse P.S.1, 2000-2001), Berlin (2002-2004), Paris (2005-2008), New York (2009), Londres puis Paris.

Le 14 juin 2019, il est nommé membre du conseil d’administration du centre Georges-Pompidou.

Il est représenté par les galeries David Zwirner à New York et Dvir à Tel Aviv.

Œuvre

Adel Abdessemed pratique plusieurs techniques, telles que le dessin, la vidéo, la sculpture et l’installation.

Apparu sur la scène artistique vers 2000, son œuvre répond aux mouvements convulsifs du monde contemporain, reflétant son énergie et sa violence au travers de représentations d’une grande puissance.

En 2008, son œuvre Don’t trust me, qui représente des animaux abattus à coups de masse, a été mal reçue aux États-Unis, au point que le Art Institute de San Francisco a décidé d’annuler son exposition quelques jours après son inauguration. Le festival international d’art contemporain de Glasgow a également refusé d’installer cette œuvre. En Italie des associations ont porté plainte, mais cette dernière n’a pas pu aboutir car les animaux ont été abattus dans une ferme mexicaine où cette pratique est légale. Le conseiller pour l’environnement de Turin a déclaré au New York Times :

« Montrer de telles choses est inopportun. Ces images pourraient inciter les personnes à les imiter. »

En 2009, un groupe Facebook rassemblant près de 200 personnes s’insurgeait de cette « cruauté de l’artiste face aux animaux », Adel Abdessemed indique que son but était d’« obliger à réfléchir sur la violence » sans vouloir créer une polémique.

Dix ans plus tard, soumis à des protestations similaires lors de la projection, dans le cadre d’une exposition à Lyon, d’une vidéo semblant montrer des poulets en feu, il finit par retirer cette œuvre bien qu’elle ait été réalisée avec trucages.

La Rédaction

Laisser un commentaire